Interview : Les vacances zen de Padoune

Les vacances zen de PadouneCorse et bloggeuse, Padoune partage avec nous ses 12 jours à Bali avec son homme. Dans la vie, elle aime rêver, voyager, rencontrer les gens et partager l’inoubliable. Partis en novembre 2013 avec Singapore Airlines (875€/billet), le couple a choisi de poser ses valises à Seminyak, Legian, Nusa Lembongan, Ubud et Gili Air. Je vous invite à découvrir leur parcours, voir Bali à travers leurs émotions et rêver un peu à l’approche de l’été. Un grand merci à Padoune d’avoir répondu si patiemment à cet interview et partagé tous ces détails de son voyage et ses bons plans !

Pourquoi Bali ?

Bali n’était pas une destination de prédilection pour moi à la base, je cherchais juste une destination pas trop chère, à l’automne, pour m’évader et partir au soleil avec mon amoureux… Ayant une grande préférence pour les Amériques, j’ai d’abord pensé au Mexique, puis en y réfléchissant le rapport qualité/prix de la Thaïlande m’a plu, et en cherchant bien j’ai fini par trouver l’évidence… l’Indonésie était parfaite pour nous. Le lieu idéal pour se ressourcer, tout en visitant et en ayant un budget où l’on pouvait se faire plaisir.

Pour faire court, nous sommes arrivés stressés et nous en sommes repartis zen et relativisant sur notre propre existence, c’est une grande leçon de vie dont on ne sort pas indemne. Les gens y sont d’une simplicité absolue, ils se contentent de ce qu’ils ont (pas grand-chose), ne savent pas de quoi demain sera fait, mais sont optimistes et respirent la joie de vivre, ce sont les personnes les plus gentilles et heureuses qu’il m’ait été donné de rencontrer.

Quel a été ton itinéraire à Bali ?

Nous avons commencé par le sud de l’île à Seminyak puis Legian ce qui nous a permis de découvrir la péninsule du Bukit et les endroits très touristiques du Sud. Nous prenions principalement le taxi dans ces zones, et avions loué un scooter pour la journée autour d’Uluwatu, puis fait une excursion d’une journée avec notre guide (voir plus bas) en partant de Tanah lot et en remontant via Batukaru et Jatiluwih jusqu’au temple Ulun Danu. Puis nous sommes allés à Nusa Lembongan, Gili Air et avons fini notre voyage à Ubud.

Raconte-nous ton exil à Nusa Lembongan…

Pour rejoindre Nusa Lembongan nous avons pris un aller simple pour rejoindre Lembongan depuis Bali en 45 minutes seulement, au départ de Benoa Harbor Une brochure était disponible dans notre hôtel de Legian, nous avons donc décidé de passer par la compagnie Island Explorer Cruise & Coconut Beach Resort pour $29 par personne (incluant la départ de notre hôtel).

Petit exil effectivement, 24 heures sur l’île de Nusa Lembongan. Pour le logement, nous avons opté pour une très jolie guesthouse du nom de Pandana (repérée sur instagram avant notre départ).

C’est sur cette île que nous avons été réellement confrontés à la pauvreté qui nous a ramené à une bien triste réalité… D’un côté de l’île, il y a les magnifiques hôtels et chambres d’hôtes vertigineux [NDLR : Mushroom Bay], et de l’autre, des habitations en bambous et autres matériaux en tôles trouvés par-ci par-là, et des gens qui paraissent plus tristes que dans le Bali touristique. Les mamans sont assises avec leurs bébés au milieu de détritus, et se nourrissent comme elles le peuvent avec ce qu’elles trouvent (heureusement les ressources sont importantes là-bas). Cela m’a beaucoup émue.

La pauvreté à Nusa Lembongan (2) Nusa Lembongan - Padoune interview Balisolo

L’île est tout de même magnifique et vaut bien le détour. Nous nous y sommes promenés en scooter, loués chez nos hôtes, au Pandana Guesthouse.

Gili Air, l’île des rencontres alors?

IMG_9615.JPG_effectedNous avons rejoint Gili Air depuis Nusa Lembongan en speed boat avec la compagnie Scoot cruise  pour 1 200 000 IDR A/R (Lembongan > Gili Air > Sanur) par personne. Je ne me souviens plus du temps mais j’ai trouvé le trajet Gili > Sanur très long… je dirais 3 heures mais je ne suis pas sûre. Nous sommee restés de 2 jours et demi sur l’île. Nous avions choisi GIli Air pour se relaxer, manger du poisson frais, etc, bref de la vraie détente, au milieu d’une population toujours aussi gentille et avenante. C’est d’ailleurs ici que je garde le meilleur souvenir de notre voyage, un moment partagé avec des jeunes à Gili Air, assis avec eux pendant une bonne heure, à ne rien faire d’autre que contempler la mer si transparente, les enfants qui jouent, écouter de la musique, manger des fruits, être là, avec eux.

On attendait notre fastboat, en avance car nous devions nous trimballer nos bagages de l’hôtel au « harbor », et manger quelque chose avant de partir. Nous avons donc attendu là, au milieu d’une famille qui vendait sa nourriture, et de quelques jeunes assis là, à nos côtés. Nous avons commencé à échanger quelques mots avec eux, en leur demandant s’ils connaissaient le nom de ce que nous avions goûté avec notre guide quelques jours plus tôt et dont nous avions complètement oublié le nom, on leur montre une photo de la « chose » gluante et sucrée que nous avions tant adorée ! Et ils nous expliquent que ça s’appelle un « Klepon » ou Kelopon. Une petite demie-heure plus tard, l’un d’entre eux revient avec plusieurs boîtes de Keplon pour nous. Ces jeunes étaient tellement gentils qu’on avait l’impression de faire partis de leurs amis, ils écoutaient de la musique, chantaient avec nous, partageaient sans arrêt les fruits qu’ils grignotaient entre eux, en l’espace d’une heure nous sommes repartis avec des Keplon, des pisang, et autres fruits, bref, on a dû refuser plusieurs de leurs offres sinon notre sac serait plein de fruits et autres confiseries !

Confiseries balinaises - Padoune interview Balisolo

Le speed boat à Bali, c’est comment ?

Après un retour dont je me souviendrais à vie tant la mer était démontée, je me suis vue mourir en mer plusieurs fois avant d’arriver à Sanur, nous avons essuyé un orage « du tonnerre » avec des vagues si hautes que je me demandais comment nous pouvions ne pas nous retourner, enfin je ne sais pas si c’est le fait d’avoir entendu parler le matin même aux informations du typhon qui balayait les Philippines mais à ce moment-là je me suis jurée de ne plus jamais prendre de bateau de ma vie… Hahaha ! En tous cas, chapeau au pilote qui nous a ramené à Sanur SAINS ET SAUFS. Ravis d’être de retour sur la terre FERME.

As-tu fait appel aux services d’un guide ?

De retour des Gili, notre taxi nous attend à Sanur et nous emmène à Ubud où nous passerons nos 5 derniers jours, ce qui nous a permis de parcourir les routes montagneuses de l’île, les rizières, et l’Est de l’île.

Je suis passée par Balisolo pour trouver mon guide, j’ai choisi Sergio avec qui j’ai longtemps échangé par mail afin de convenir au meilleur itinéraire possible… mais… quelle déception au final puisque Sergio n’était pas disponible aux dates demandées et nous a donc envoyé un de ses collègues très gentil certes, mais qui ne correspondait plus tout à fait à nos besoins. Il était super mais sa prestation était relativement chère (50€ la journée) car nous voulions un guide parlant français pour bien comprendre l’histoire de l’île, sauf qu’il parle certes français mais un français très, vraiment très scolaire… un anglais convient tout autant vu leur parler « facile ».

Sur Ubud, nous avons opté pour 3 jours de visites que nous avions nous-mêmes choisis, avec nos propres itinéraires, seuls les lieux des repas étaient définis par notre guide, et nous avons été très contents des restaurants (avec vues) dans lesquels il nous a emmené (restaurants des tours operator classiques je pense car pas mal de touristes et autres guides y passaient).

3 jours à Ubud  - Padoune interview Balisolo

Où as-tu logé pendant ton séjour ?

Comme pour chacun de mes voyages j’aime me plonger dans le lieu avant de partir, je planifie tout des mois à l’avance. Mais, pour Bali, et hors-saison, j’ai tenté quelque chose de nouveau : je lisais un peu partout que l’on pouvait y partir à l’aventure, sans réserver nos hôtels à l’avance, en choisissant et en négociant sur place, cela serait plus avantageux et permettrait de faire de belles économies… mon œil oui !

On a donc réservé uniquement notre 1er hôtel le soir de notre arrivée, et on verrait sur place… sauf que sur place, il fait chaud, très chaud, TROP chaud… Chercher un hôtel pour le soir même veut dire :

  • rayonner d’un point à un autre (inconnu) en taxi ou scooter (sans les valises que l’on vous garde gentiment dans l’hôtel que vous occupiez la veille)
  • demander à tous les hôtels que l’on croiserait sur notre chemin de nous montrer leurs chambres et négocier un prix,
  • retourner chercher ses valises,
  • et revenir quand bien même on finirait par trouver un hôtel (qui au final s’avère plus cher et moins joli que ceux qu’on s’étaient listés avant le départ et qu’on aurait mieux fait de réserver sur internet).

Quand on reste 12 jours c’est une perte de temps incroyable, alors nous avons procédé ainsi deux fois, puis nous réservions la veille via internet. Alors finalement, procéder ainsi nous est revenu plus cher et nous n’avions eu aucun des supers hôtels que nous voulions.

Conclusion : si vous décidez de partir à l’aventure, partez au minimum un mois avec un sac à dos, sinon RESERVEZ. Peu importe la saison, les prix sont tout aussi dérisoires en commandant par internet.

Voici nos hôtels pour ces 12 jours de voyage à Bali :

  • 1 nuit à Daluman Villa, Seminyak en catégorie supérieure Site web
  • 3 nuits à Ananta Legian Hotel, Legian Site web
  • 1 nuit à Pandana Guesthouse, Nusa Lembongan – Site web
  • 2 nuits à la Villa Karang, Gili Air (on souhaitait dormir à l’Ocean 5 Dive Resort mais complet) – Site web
  • 5 nuits au Champlung Sari sur la Monkey Forest d’Ubud – Site web

daluman villa semyniak pendana guesthouse nusa lembongan Villa Karang Gili Air ananta legian hotel champlung sari ubu

Quel a été ton lieu favori à Bali ?

Question difficile… j’ai beau réfléchir, je n’arrive pas à choisir mon lieu préféré… je dirais que mon moment préféré aura été de me perdre en scooter au milieu de petits villages entre Ubud et les routes du Nord, se retrouver en pleine jungle, ou au milieu d’une population vivant sa vie au sein de son village et croiser des enfants morts de rires car on ne retrouve plus notre chemin fait partie pour moi de mes moments préférés.

image (4)

Mais j’ai aimé tous les lieux visités à Bali.

Comment choisir UN lieu tant les paysages sont magnifiques et si différents les uns des autres ?

Leur seul point commun ? Leurs hôtes, si gentils, souriants, et sereins. C’est cela seulement qui importe.

IMG_0373

 

Que penses-tu des balinais ?

Ce sont les plus gentilles personnes qui puissent exister dans ce monde

Je n’ai pas beaucoup de lieux de comparaison car je n’ai que très peu voyagé dans des pays pauvres, la Tunisie étant je pense, ma seule référence, tous mes autres voyages étaient pour la majorité des grandes villes cosmopolites. La gentillesse et le sourire sont toujours de rigueur dans ces pays, les gens n’ont que très peu d’argent et de confort mais ils paraissent heureux, ouvrent leurs portes et leur cœur, partagent sans compter, alors que nous occidentaux, nous enfermons à double tour, sommes individualistes et portons sans arrêt des jugements sur autrui… C’est un très bel exemple de belles personnes.

Une bonne (ou mauvaise) raison d’aller à Bali ?

Mon voyage s’est terminé un peu précipitamment, et il n’y a que des bonnes raisons de retourner à Bali. Nous avons lié des liens forts avec des balinais, et on espère les revoir un jour, et bien sûr faire ou refaire plein de choses, mais surtout, profiter avec beaucoup moins de timidité et aller beaucoup plus au contact des gens!

Qu’aimerais-tu encore découvrir de Bali ?

J’ai découvert tout ce que je souhaitais, la seule chose que je n’ai pas eu le temps de faire, et c’est peut-être un signe car c’est quelque chose d’assez superficiel dans un pays comme l’Indonésie, mais j’aurais adoré aller boire un apéro et faire un saut dans la fameuse piscine de l’Hanging Gardens Hotel et y visiter ses alentours via le funiculaire, mais bon, ce n’est pas le plus important. Le seul regret que je pourrais avoir est de ne pas avoir assez profité de la population, pas assez osé me mêler et jouer avec les enfants. Je voudrais absolument revoir les rizières, manger du Nasi Goreng, et profiter du marché d’Ubud.

Bonus :

1er jour à Bali, on cherche un énième taxi pour retourner chercher nos bagages et nous ramener dans l’hôtel que nous venons de trouver, pas besoin de chercher longtemps, il y a toujours un taxi pas très loin de vous dans Bali. On tombe sur ce fameux Monsieur qui s’appelle Made Nang Dede, mais pour briller en société, son nom de business est « Kiki Jaya ». Il nous fait tellement rire, et est tellement fort qu’il arrive à nous persuader qu’il viendra nous « pick-up tomorrow to Uluwatu », voilà comment nous nous sommes liés, d’une forte amitié avec ce très gentil garçon, avec qui nous avons gardé contact. Nous avions souvent fait appel à lui et il nous est venu en aide pour plusieurs choses, et a même eu beaucoup de peine au moment de notre départ. Merci donc à Kiki Jaya pour tous les moments qu’il nous a fait vivre, notre plus belle rencontre à Bali.

Padoune interview Balisolo

Découvrez le blog de Padoune sur www.onmyway.fr 🙂

 

Jenni

Jenni

Tombée en amour pour Bali, j'ai créé Balisolo en 2010 pour y faire le récit de mes aventures et trouvailles, expériences et rencontres balinaises. Découvertes indonésiennes, conseils pratiques pour voyageurs, suggestions d'itinéraires pour courts et longs séjours à Bali, je partage avec mes lecteurs le meilleur de l'île des Dieux et de l'Indonésie depuis 2010. Merci d'être arrivé(e) jusqu'à moi, bienvenue sur Balisolo et belle visite à vous !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *